Fornells – Mahon

11 août 2019

Réveil à 9h30 ! Une bonne nuit tranquille. Les ventilateurs que l’on vient de faire poser un peu partout sont bruyants : mauvais choix ! Petit déjeuner dans le carré, clim en marche…
Il fait soleil, Jasmin a évité un peu durant la nuit, avec les autres bateaux…
Je descends la soute pour tester l’eau : elle est chaude. Je vais dedans : super bonne !
PMT + couteau : je vais retirer le filin de la bouée-orin coupé hier. Il y a quelques mètres de dyneema enroulés autour de l’arbre d’hélice !
Béa me rejoint : bonne baignade.

12:30 on lève l’ancre, direction Mahon, la capitale de Minorque.
Le vent vient du sud, on sort les voiles. On s’éloigne de la côte.
Il faut virer (génois à bâbord). On essaie d’enrouler le génois. Au près : pas possible !

Béa se met à la barre. Je lui demande de remonter au vent pour passer vent debout et déventer le génois : elle le dépasse. Le génois passe à contre ! Je largue la GV : on est à la cape, sans le vouloir…
On allume le moteur pour repartir, puisque je ne peux pas laisser passer le génois : il est en appui sur les barres de flèche et la trinquette l’empêcherait également de passer.
On passe donc au portant pour enrouler : ça ne marche pas mieux, l’enrouleur électrique refuse de tourner.

!! Ce putain d’enrouleur électrique n’est pas fiable !!

Jasmin est mis à l’arrêt, il y a peu de vent, pas moyen d’enrouler toute la voile ! Le reste se fera à la main, en aidant la voile à s’enrouler pendant que Béa appuie sur la commande. J’imagine la situation par vent plus fort…
14:00 on continue face au vent, au moteur…
14:15 le vent est passé travers tribord, finalement on ressort le génois : Jasmin est un voilier, on est ici pour faire de la voile. On avance bien. Enfin…

Jusqu’à ce que le vent tombe, 15 minutes plus tard, puis repasse dans notre nez ! La Méditerranée et les effets côtiers sous le vent d’une île…

On enroule le génois une nouvelle fois. On repasse au portant, je dois encore aller à l’avant pour aider.
Ça rentre.
Ce n’est pas viable.
NB : Il faut faire changer tout ça à l’automne !

15:00 on repasse donc au moteur.
On refait une tentative peu après. Même problème : vent tournant, besoin de changer d’amure, enrouleur non opérationnel, génois à bâbord. Trois essais, trois echecs…

Au moteur, en longeant la côte, on arrive à l’entrée de Mahon vers 17 h 30. On rentre au ralenti, à 3kts, Béa à la barre.

J’essaie de contacter la capitainerie sur le canal 9 : en vain. Pas de réponse. La radio fonctionne pourtant bien… En fait, je le saurai l’année suivante, c’est “Marina Menorca” qu’il faut contacter : ils gèrent toutes les marinas du fjord. La capitainerie du port n’a en charge que les navires commerciaux…

J’essaie de réserver une place au ponton d’Isla del Rey : aucune réponse non plus. Mes réservations pour 3 nuits ont dû être oubliées…

Quand on arrive sur place, il y a pas mal de voiliers au mouillage, juste devant Isla del Rey. Je décide de me mettre parmi eux. Je nous installe devant le groupe, 35m de chaîne, une main de fer pour tenir. Il y a 10m de fond, c’est un peu juste, mais il n’y a pas un brin de vent, ça devrait suffire pour cette nuit.

Je fais un saut au ponton avec l’annexe : il reste 1 ou 2 places, un peu justes pour nous.

Ce soir, repos.

Grosse déception pour moi que le génois pose un tel problème. Je ne peux pas utiliser la trinquette dont l’émerillon est HS et mon génois n’est pas fiable : ce voilier ne peut pas partir en grande croisière ainsi ! Gros travaux en prévision en rentrant…

19:00 il est temps de faire à manger !
En navigation à partir de Canet : 1 repas.
Au mouillage à Fornells : 1 repas.
Aujourd’hui : 1 repas.
À ce rythme, on va maigrir !

Fornells-Mahon : 27NM, 5h10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À méditer…

Une fois que l’on a été piqué par la mouche du voyage, il n’existe aucun antidote connu et, en ce qui me concerne, je serai joyeusement infecté jusqu’à la fin de mes jours.

Michael Palin