De Jasmin à Ti’amā…

Quelques nouvelles en attendant Noël

Voilà quelques mois maintenant que nous n’avons plus donné de nouvelles.

Jasmin est toujours à La Grande Motte, en attendant quelques réparations comme la réinstallation du radar que j’ai malencontreusement « arraché » lors d’une malheureuse sortie de mise à la cape, en revenant de Madère Je vous raconterai tout ça une autre fois.

 

Mais il se passe autre chose actuellement à LGM. Quelque-chose d’essentiel pour nous.

 

Nous allons changer de voilier !

 

Revenons un peu en arrière, pour mieux comprendre…

Durant l’été 2018, Béatrice est partie 3 semaines plonger aux Tuamotu, pour participer à l’étude sur le comportement des dauphins dans la passe de Tiputa de Rangiroa.
Durant ces quelques semaines, l’idée d’acheter un voilier et de partir dessus découvrir les océans a germé dans mon esprit de terrien. Sans aucune expérience de la voile… Juste avec l’envie, profonde, mais pas encore consciente, d’abandonner ce monde de folie et de haine pour aller vivre. Réellement. Enfin…

Jasmin a été acheté dès septembre 2018, nous avons appris à naviguer et à vivre dessus, et nous avions prévu de tout quitter, sans retour, dès le mois de juin 2020.

Comme vous vous en souvenez certainement, une maladie respiratoire un peu originale avait induit, à l’époque, des mesures de restrictions de déplacement un peu compliquées. Tant et si bien que nous n’avons pas pu quitter notre port d’attache avant le mois de septembre 2020. Avec un Jasmin armé et approvisionné pour un tour du monde…

Pour plus de détails sur la genèse du projet, voir ici !

Oui, mais voilà, entre le mois de juin et le mois de septembre, il a bien fallu s’occuper. Et c’est là que tout est parti en vrille !

Nous avions quelques fois évoqué avec des amis le choix du monocoque (Jasmin est un Jeanneau 57) plutôt que du catamaran. Et effectivement il ne s’agissait pas réellement d’un choix éclairé, mais d’un coup de cœur de ma part, d’une décision plutôt impulsive. Un coup de cœur pour un grand voilier, Jasmin, qui m’a apporté un réel plaisir en navigation comme en vie à bord.

Nous savions qu’au cours de notre périple nous allions rencontrer des voyageurs sur des catamarans, que nous aurions l’occasion d’aller naviguer dessus, et que peut-être un jour viendrait l’envie de passer à deux coques à notre tour…

Il se trouve qu’à La Grande Motte, notre port d’attache, se trouve le chantier…

De splendides catamarans performants, fabriqués en petite série, et dont le tout nouveau modèle, l’Outremer 55, avait été présenté quelques mois auparavant. J’avais vu les annonces, les images de synthèse : il me plaisait bien.

Mais il faut aussi dire que chaque fois que nous venions sur Jasmin nous passions devant deux magnifiques Outremer 5X (59 pieds, soit près de 18m) : ils nous avaient toujours semblé immenses, trop grands pour nous… Et Dominique, notre ami et formateur, nous avait bien dit que c’étaient des catamarans « performants », rapides, conçus pour aller vite, pour des marins…

Bref, nous semblions a priori plus des clients potentiels de catamarans grand-public et très confortables, comme les Lagoon (qui vient également de sortir son énorme modèle “55”) ou les Fountaine-Pajot. Ou même de catamaran de luxe comme les Sunreef.
Mais allez savoir…

J’ai donc un jour proposé à Béatrice d’aller y faire un tour, en prévision d’un futur achat, dans quelques années. Nous avions déjà visité l’Astréa 42 de Fountaine-Pajot, au salon nautique de Paris l’année précédente. Il nous avait bien plu, et nous savions qu’un jour le choix du catamaran reviendrait sur le tapis…

Bref, rendez-vous est pris au chantier un bel après-midi d’été, le 22 juillet. Le directeur commercial, Matthieu Rougevin-Baville, nous a reçus, nous a écoutés, nous a présenté le « 55 », nous a donné beaucoup de conseils. Il nous a amenés visiter le chantier : l’entretien et la visite nous ont pris 4h ! Quelques échanges de mails suivront, avec d’innombrables questions de ma part, et des réponses concrètes et rapides. Puis une sortie en mer sur un Outremer 5X pour découvrir ces grands catamarans en situation : curieuse expérience durant laquelle j’ai vu ce bateau naviguer plus vite que le vent, avec une facilité et une stabilité déconcertante !

J’ai signé le bon de commande le 2 août !
Pour une livraison fin mars 2022, deux ans plus tard !

Cette décision, commune, impulsive encore une fois, a donc profondément modifié nos projets de grand voyage sur Jasmin. À l’origine nous pensions partir en tour du monde et aller fêter mes 60 ans aux Marquises, en 2022. Mais la commande du catamaran a modifié ces projets. Nous envisagions désormais de partir et faire un « simple » grand tour de l’Atlantique, sur presque deux ans, en laissant éventuellement Jasmin aux Caraïbes. Des amis m’ont plus tard proposé de le convoyer à La Grande Motte le moment venu, nous permettant de venir réceptionner le catamaran à la fin de l’hiver 2022, en revenant en avion…
Nous verrions bien.

Nous avons finalement quitté La Grande Motte le 29 septembre 2020.

L’aller-retour aux Canaries

Arrivés aux Canaries, en novembre, nous avons vite compris qu’aller aux Caraïbes serait compliqué : la plupart des îles avaient fermé leurs frontières…
Nous sommes finalement restés 7 mois dans l’archipel, vide de ses millions de touristes habituels, et aux marinas vides de leurs centaines de voiliers annuels qui partent en grande traversée. Des conditions idéales pour visiter ce petit paradis que sont les Canaries.
J’avais initialement prévu de rester 21 jours aux Canaries, en croyant à l’époque que c’était un peu long, mais que ça vaudrait probablement le coup de visiter un peu. Nous avons appris qu’en grande croisière, les projets sont variables et souvent remis en question…

Nous sommes rentrés fin juillet 2021 à La Grande Motte, contre vent et vagues, pour fêter les 80 ans de maman début août. Béatrice m’a alors exprimé son souhait de ne pas repartir passer l’hiver aux Canaries, comme je l’avais prévu : la remontée est pénible, la faire l’hiver serait franchement désagréable. Et les conditions météo n’incitent pas à ce genre de routage sauf nécessité impérieuse. Ce qui n’était pas le cas.

Alors nous avons positivé la situation. Nous avons passé le reste de l’été sur Jasmin, en organisant petit à petit son vidage progressif, en vue du transfert de toutes nos affaires dans le catamaran, l’année prochaine…

Tout n’a pas été facile, il a fallu trouver où entreposer tout ça, où nous faire livrer nos nouveaux équipements, etc. Nous n’avons plus de domicile en France, la maison a été vendue, et les trajets depuis notre nouveau pays d’adoption sont longs et pas toujours simples à planifier… Merci à notre famille de servir de lieux de stockage en attendant !

La construction de notre catamaran a commencé début septembre.

Outremer nous fournit des photos chaque semaine, nous sommes en échanges permanents pour personnaliser tel ou tel aspect de notre « 55 », le neuvième construit. Et nous avons adopté une organisation nous permettant de venir de temps en temps voir les avancées du chantier. Magnifique projet, fabrication impressionnante de professionnalisme et de qualité. Je vous en parlerai dans un autre article…

Nous avons trouvé un nom à ce bateau, qui sera notre « maison » pour de nombreuses années, nous l’espérons. Ce sera « TI’AMĀ ». C’est, en principe, du tahitien qui signifierait « Liberté ». Et si ça n’est pas réellement du tahitien, alors notre choix est que ce néologisme simili-polynésien signifie … « Liberté » !

Il nous fallait aussi un logo pour personnaliser le visuel de notre catamaran. Nous avons fait appel au cabinet de design de Franck Darnet, qui a conçu l’agencement et la décoration intérieure du « 55 » pour Outremer. Le résultat nous enchante : nous ferons l’année prochaine quelques vêtements personnalisés, quelques cartes de visites, etc.

Je vous publierai bientôt quelques avancées du chantier, en vous décrivant nos choix d’agencement et nos options spécifiques. Et je vous exposerai aussi notre programme de navigation avec Ti’amā, qui se devra d’être adaptatif…

Aux nouvelles les plus récentes, Ti’amā nous sera livré le 12 avril 2022, le jour de mes 60 ans !

Nous aurons les voiles blanches, mais c'est bien ce modèle de catamaran !

13 thoughts on “De Jasmin à Ti’amā…

  1. C’est génial de vous suivre. De belles et nouvelles rencontres en perspective !
    Au plaisir de vous revoir un de ces jours au cours de vos/nos pérégrinations ????

    1. J’espère que vous pourrez venir faire un petit tour avec nous tant que nous serons en Méditerranée ????????????

  2. Je vous envie Béatrice et toi Stéphane
    Ce rêve ce projet cette rupture avec ce qu’ils ont fait de ce monde… vite fuyons l’espace de découverte de soi vous est ouvert… continuez à nous faire de si beaux reportages tu as les chemises à fleurs mais beaucoup moins de cheveux que ce fou naviguant force de reconnaître qu’il avait raison
    À très bientôt les tourtereaux

    1. Merci Didier. Nous allons tout faire pour vivre nos rêves et vous les faire partager. Merci pour ta fidélité. ????

  3. Super! J’espère que nous serons là pour ton anniversaire et pourquoi pas, faire une petite escapade en mer. Gros bisous ensoleillés.

  4. Super projet,les catas sont formidables d’habitabilité. Nous suivons également 2 autres bateaux pour la même aventure Ooatimka, un beau cata et ” en bateau Simone” un beau voilier. Ils sont en Polynésie en ce moment.ooatimkaau Cap Vert en attendant leur traversée.nous vous suivrons encore avec bonheur. Bon vent

    1. C’est super d’avoir des gens qui nous suivent et nous avons hâte de vous rencontrer en vrai, en 2022 sur LGM ????.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À méditer…

Et il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses.

Milan Kundera